MADAME DE POMPADOUR

 

Madame de Pompadour Madame de Pompadour Madame de Pompadour

Jeanne-Antoinette Poisson (29 décembre 1721 / 15 avril 1764) marquise de Pompadour et duchesse de Menars consacra sa vie à la promotion des Arts.

La favorite de Louis XV, fidèle amie et grande conseillère du roi, encourage l’essor du travail de grands sculpteurs et peintres. C’est ainsi que lui vient son goût pour les arts de la table et qu’elle fonde la manufacture de Sèvres.

Elle fut tant appréciée par le roi, que celui-ci lui fit construire le Petit Trianon ou elle vécut jusqu’à sa mort. Madame de Pompadour devient l’une des figures les plus puissantes du XVIIIème siècle, ses conseils furent décisifs dans la signature du traité de Versailles et dans la guerre de sept ans.

Supposée être la fille de Madeleine de la Motte et de son mari François Poisson, repris de justice, Madame de Pompadour reçut la protection de Charles François Paul Le Normant, amant de sa mère et véritable père pour elle. C’est ainsi que la petite fille reçut la meilleure éducation dans tous les domaines, depuis l’équitation, le chant en passant par la littérature classique et la danse.

A seulement quinze ans, elle est belle, intelligente et élégante, attire tous les regards dans la haute société parisienne et les prétendants ne manquent pas ! Elle épouse Charles Guillaume Le Normant d’Etiolles, dont elle aura après quatre ans de mariage, deux enfants : un fils né prématurément qui ne survit pas et une fille Alexandrine, qui meurt à l’âge de 9 ans. Un décès dont elle ne pourra jamais se remettre.

Ce n’est qu’en 1745 que Jeanne rencontre le monarque. Cette année là, la jeune femme assiste au bal royal costumé donné en l’honneur du mariage du fils du roi, et c’est à l’occasion de cette fête que le roi succombe aux charmes de Jeanne. Rapidement, elle s’installe dans le château de Versailles, dans des appartements situés au dessus de ceux du roi, de cette manière, il peut lui rendre visite quand il le désire.

En Juillet, de cette même année, Louis XV offre à sa protégée le domaine de Pompadour, et lui octroie le titre de Marquise.

Même si la passion entre le roi et la Marquise fut grande, à partir de l’hiver 1751, le roi se lasse de ces rencontres qui deviennent trop routinières. Cependant, Madame de Pompadour continue à avoir un rôle de confidente et conseillère auprès du monarque. Sa confiance est si grande qu’il nomme le frère de la Marquise, Marquis de Marigny et Surintendant  des bâtiments du Roi.

Le 15 avril 1764, après 20 ans de présence à la cour du roi, la Marquise de Pompadour décède à l’âge de 42 ans à Versailles : ultime privilège, puisqu’il est interdit à une courtisane de mourir dans le lieu où résident le roi et sa cour.

Madame de Pompadour Madame de Pompadour Madame de Pompadour

PROTECTRICE DES ARTS ET DE LA CULTURE

Amoureuse des arts et des lettres, la Marquise de Pompadour favorise le projet de l’Encyclopédie de Diderot et exerce un véritable mécénat auprès de nombreux artistes : peintres, sculpteurs, écrivains…

Elle supervise la construction de grands monuments  comme la Place de la Concorde, le petit Trianon et l’hôtel d’Evreux (Palais de l’Elysée).

Parmi ses nombreuses réalisations, la Verrerie Royale de Sèvres,  destinée à l’origine principalement à la cour du Roi Louis XV, conquiert une clientèle prestigieuse à travers toute l’Europe.